mercredi 30 mai 2012

Dorade à la tahitienne


En vous parlant de cette recette, je risque de manquer un peu d’objectivité mais j’en suis littéralement tombée amoureuse…
Peut-être en partie parce qu’elle est habituellement préparée par le mâle de la tanière et qu’il me l’a fait découvrir lors d’un repas de Saint Valentin…


Mais surtout parce que c’est un plat incroyablement frais et parfumé… que la dorade se gorge de la délicieuse marinade à base de citron vert et de lait de coco et que, mêlée au croquant des légumes, c’est un pur bonheur !


Alors je vous conseille de la tester à votre tour, rien que pour la curiosité de savoir si, dans votre cuisine, la magie opère aussi !


Pour deux gourmands :

200 g de filet dorade très fraîche
3 citrons verts
1 citron
17 cl de lait de coco
1 petit oignon
2 petites carottes
½ concombre 
1 tomate
Deux rondelles de gingembre
Huile d’olive
Fleur de sel et poivre du moulin

Couper la dorade en petits dés et la faire mariner dans 10 cl du lait de coco (réserver le reste pour la vinaigrette) additionné du jus des citrons verts pendant une heure au frais.

Pendant ce temps, préparer les légumes. Laver le concombre et la tomate, éplucher les carottes et l’oignon.
Couper le concombre, l’oignon et la tomate en petits dés. Râper les carottes (gros trou) et râper le gingembre.

Préparer la vinaigrette en mélangeant le lait de coco restant avec une cuillère à soupe d’huile d’olive, le jus du citron, de la fleur de sel et du poivre.

Egoutter la dorade, la mélanger aux légumes. Verser la vinaigrette et servir bien frais.

 

jeudi 24 mai 2012

Petits carrés aux fruits de la passion


J’avais testé il y a quelques temps les petits carrés sablés au citron qui nous avaient beaucoup plu…
J’ai eu cette fois envie de tester la petite variante de cette recette, avec un autre fruit aussi savoureux et acidulé que le citron : les fruits de la passion…


C’est sur le blog Un déjeuner de soleil que j’ai puisé cette recette qui s’est révélée aussi délicieuse que sa cousine citronnée…

L’association de la pâte sablée avec la crème aux fruits de la passion est une merveille et c’est un vrai bonheur de croquer dedans !


Pour une quarantaine de carrés (préparés dans deux plats carrés de 20 cm de côté)

Pour la pâte sablée

-          170 g de beurre froid
-          250 g de faine
-          75 g de sucre glace
-          1 pincée de fleur de sel

Pour la crème

-          4 œufs
-          160 g de sucre glace
-          200 g de purée de fruit de la passion (en magasin spécialisé ou, à défaut, de jus de fruit de la passion)
-          1 cuillère à soupe de jus de citron
-          3 cuillères à soupe de farine

Préparer la base biscuitée.
Mélanger dans un saladier la farine, le sucre glace et la fleur de sel et ajouter le beurre coupé en petits morceaux. Travailler à la main jusqu’à l’obtention d’une pâte sablée.
Etaler au fond des moules en silicone (ou sinon, recouverts de papier cuisson) et pressant avec les mains ou le fond d’en verre.
Placer au congélateur le temps de préchauffer le four à 180°C et cuire pour 20 minutes environ, la pâte doit dorer.

Pendant ce temps, préparer la crème.
Fouetter les œufs avec le sucre, puis, ajouter la farine.
Verser la purée de passion et le jus de citron. Bien mélanger.

Lorsque le sablé est cuit, le sortir du four, baisser la température à 160°C et verser la crème sur la pâte.
Cuire 20 minutes à nouveau. La crème doit figer.

Laisser refroidir avant de démouler et réserver une heure au frais avant de couper des carrés. Saupoudrer le sucre glace.


mercredi 23 mai 2012

Panna cotta à l’orgeat, coulis de pêche à l’huile d’olive


Normalement, nous devrions nous émerveiller de l’été qui arrive, des beaux jours et de la chaleur qui s’installe… Dans les faits, ce n’est pas tout à fait ça, mais cela ne m’empêche pas d’appeler l’été de tous mes vœux avec cette recette qui fleure bon le sud et les cigales (si vous me le demandez, je serais contrainte à vous avouer que je ne sais pas exactement quelle est l’odeur d’une cigale, mais je pense que vous saisissez le concept, hein ?)


Et quoi de plus simple et gourmand qu’une panna cotta au doux parfum d’orgeat, surmontée d’un coulis gourmand à la pêche et à l’huile d’olive ?

C’est simple, rapide à préparer… Il faut juste s’y prendre un peu à l’avance pour que la panna cotta ait le temps de prendre la bonne consistance, mais une fois prêt… Mmhh… C’est l’été dans un dessert !

Inspiration : Panna cotta de Stéphanie Bulteau

Pour 4 personnes

-          40 cl de crème entière liquide
-          10 cl de sirop d’orgeat
-          2 feuilles de gélatine
-          4 pêches jaunes
-          1 cuillère à soupe d’huile d’olive parfumée
-          2 cuillères à soupe de miel

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans un grand bol d’eau froide.
Porter la crème liquide à ébullition. Hors du feu, ajouter le sirop d’orgeat, puis la gélatine essorée. Bien mélanger et verser dans 4 verres et faire prendre au frais plusieurs heures.

Préparer le coulis de pêche.
Peler et couper les pêches en quartier. Les faire cuire 10 minutes dans une casserole avec l’huile d’olive. Ajouter le miel et fixer jusqu’à l’obtention d’un coulis lisse.
Laisser refroidir et verser sur la panna cotta au moment de servir.

Servir par exemple avec un petit amaretti pistache dont la délicieuse recette est ici

lundi 21 mai 2012

Verrines ricotta saumon


Alors là, dans le genre idée apéro sympa qui fait effet mais qui ne demande aucune prise de tête, ces verrines détiennent la palme !

C’est franchement super facile et rapide à faire et c’est délicieux !


Vous aurez pu remarquer ces derniers temps que je suis dans ma phase « ricotta… I’m loving it », mais il est vrai que j’adore sa texture et son goût tout simple et frais quand elle est tout juste assaisonnée…


Elle s’accorde parfaitement avec le saumon fumé et offre donc des verrines toutes simples mais ô combien délicieuses !

Voici donc ma recette « grosse-feignasse-du-jour-bonjour » !


Pour 6 petites verrines

-          250 g de ricotta
-          2 tranches de bon saumon fumé
-          Quelques brins de ciboulette fraîche
-          Fleur de sel, poivre du moulin
-          Huile d’olive
-          Tabasco

Dans un bol, battre la ricotta avec un filet d’huile d’olive, la fleur de sel, le poivre, un peu de ciboulette ciselée et une ou deux gouttes de Tabasco.
Placer dans un sac congélation, couper un coin et déposer au fond des verrines.

Détailler le saumon fumé en fines lanières et les disposer sur la ricotta.
Parsemer de ciboulette ciselée.


samedi 19 mai 2012

Petits cakes banane, framboise & sucre perlé


De délicieux petits cakes à la texture fondante grâce à la banane et dont le sucre perlé apporte une touche croquante très agréable…

Réalisables en été avec des framboises fraiches mais aussi le reste de l’année, si l’on utilise des framboises congelées…

Ce sont des cakes vraiment délicieux et simples à faire, bref, ils me plaisent beaucoup !

Recette issue du blog d’Eryn folle cuisine.

Pour 6 cakes individuels

-          200 g de farine
-          150 g de sucre
-          120 g de beurre mou en dés
-          2 œufs
-          50 g de lait
-          2 bananes
-          1 sachet de levure chimique
-          1 pincée de bicarbonate
-          125 g de framboises
-          1 poignée de sucre perlé

Préchauffer le four à 170°C.

Dans un bol tamiser ensemble la farine, la levure et le bicarbonate.
Mixer finement les deux bananes.

Dans un saladier, battre au batteur électrique le beurre et le sucre. Ajouter les oeufs. Battre à nouveau. Ajouter la purée de banane.
Verser en 3 fois la farine-levure-bicarbonate en alternant avec le lait et en mélangeant rapidement à la spatule, sans trop travailler la pâte.

Ajouter alors les framboises et mélanger délicatement.
Verser dans des moules à cake individuels et parsemer la surface de sucre perlé.

Enfourner pour 20 à 25 minutes.

lundi 14 mai 2012

Pasta poireaux & ricotta


… Mais attention, pas n’importe quelle pasta… De la pasta oursonne !
Lorsque j’ai vu ce paquet de pâtes en forme d’oursons, j’ai craqué, food-addict que je suis !

Faut dire, ils sont si mignons ces oursons avec leurs petites zoreilles et leurs petites patounes ! (à ce moment précis, j’imagine mes lecteurs légèrement surpris par ma crise de gagatisme aigue et je réalise que je suis en train de perdre toute crédibilité… Donc, je me ressaisis !)


En plus, il m’a gentiment été fait remarquer qu’une fois cuites, ces pâtes ressemblent davantage à des cochons qu’à des ours, ce qui n’est pas pour me déranger car j’avais quand même quelques scrupules à engloutir et dévorer de si jolis oursons… (alors quand dans le cochon, tout est bon, non ?)


Car oui, ces pâtes vont être dévorées pour la simple et bonne raison qu’elles sont délicieuses !


J’avais envie de pâtes à la ricotta, car je suis une douce fanatique de la ricotta…
De jolis poireaux bio dans mon bac à légumes se sont donc invités à la pasta party et voici donc le délicieux résultat des amours entre ricotta et poireaux, sous l’œil innocent et ingénu d’oursons qui, à la cuisson, se transforment en petits cochons… (Mince, ma recette est en train de devenir impudique et suggestive !)


Pour 4 personnes

-          350 g de pâtes (pas nécessairement des oursons, je pense que ça marche aussi avec d’autres !)
-          Un kub or
-          250 g de ricotta
-          2 blancs de poireaux
-          2 échalotes
-          30 g de beurre
-          4 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse
-          Huile d’olive
-          Quelques brins de ciboulette
-          Fleur de sel et piment d’Espelette ou poivre


Laver et émincer finement les blancs de poireaux.
Eplucher et émincer les échalotes.

Dans une poêle, faire fondre le beurre et faire revenir pendant une dizaine de minutes les échalotes et le poireau émincés. Saler et poivrer légèrement.

Dans un petit saladier, battre la ricotta avec la crème fraîche, un filet d’huile d’olive, la ciboulette ciselée et de la fleur de sel ainsi que du piment d’Espelette (ou du poivre).

En parallèle, cuire les pâtes dans une grande quantité d’eau additionnée d’un Kubor en suivant le temps indiqué sur le paquet.

Les égoutter et verser les poireaux ainsi que la ricotta. Mélanger délicatement et servir sans attendre, avec un peu de parmesan râpé.


lundi 7 mai 2012

Verrines Stracciatella


Vous avez un reste de gâteau au chocolat sur les bras et vous ne savez pas comment vous en débarrasser ? Ce dessert est fait pour vous !!

(Bien sûr, la réalité est toute autre, et il faut en fait soustraire les restes d’un gâteau délicieux à l’appétit vorace de notre entourage et le planquer dans du papier d’alu au fond du frigo en criant à la cantonade que le premier qui aura l’audace de manger la part de gâteau réservée aura à subir de lourdes représailles… NB : Penser à promettre, en contrepartie, que le dessert à venir sera encore meilleur que le gâteau lui-même…)


Très raffinées et bien évidemment délicieuses, ces verrines black & white offrent une version originale du gâteau au chocolat, qui s’accorde parfaitement avec la mousse de mascarpone.

J’ai utilisé pour cette recette le merveilleux fondant publié ici. Sa métamorphose en verrine s’est délicieusement bien passée… C’est un pur régal !


Merci Guillemette (encore et toujours !!)


Pour 6 verrines

-          25 g de chocolat noir
-          100 g de crème liquide entière très froide
-          100 g de mascarpone
-          30 g de sucre glace
-          180 g de gâteau au chocolat (fondant ou brownie)

Râper le chocolat à l’aide d’un économe.
Monter la crème très froide en chantilly.
Dans un saladier, battre le mascarpone avec le sucre glace. Ajouter le chocolat en copeaux puis, délicatement, la chantilly.

Couper le fondant au chocolat en petits cubes et les répartir dans les verrines.
Recouvrir de crème au mascarpone et placer au frais jusqu’au moment de servir.

jeudi 3 mai 2012

Bruschettas ricotta, fèves & parmesan


Avec le printemps, le retour (enfin !) des beaux jours et les journées qui rallongent, l’envie de fraicheur et de légumes primeurs se fait sentir.

Et c’est donc avec beaucoup de plaisir que je m’essaye à de petites recettes toutes simples les mettant à l’honneur.

J’avoue avoir un faible pour les fèves que je trouve très agréables de goût et de texture…


M’inspirant d’une idée aperçue chez Picard, j’ai improvisé des petites bruschettas vraiment délicieuses et très simples à préparer…
Parfaites en entrée légère avec une salade de roquette ou en apéro, elles se dégustent du bout des doigts avec gourmandise !


Pour 6 belles bruschettas

-          6 tranches fines de pain de campagne
-          150 g de ricotta
-          200 g de fèves (fraiches ou surgelées)
-          100 g de copeaux de parmesan
-          Une gousse d’ail
-          Huile d’olive
-          Basilic
-          Fleur de sel et poivre du moulin

Battre à la fourchette la ricotta pour l’aérer avec un filet d’huile d’olive, de la fleur de sel et du poivre.

Cuire les fèves 5 minutes dans un grand volume d’eau bouillante salée, les rincer à l’eau très froide et retirer leur enveloppe.


Passer les tranches de pain quelques minutes au grille-pain pour les rendre légèrement croustillantes.
Les frotter avec la gousse d’ail épluchée et les tartiner généreusement de ricotta.

Couvrir de copeaux de parmesan.

Dans une poêle, faire chauffer un filet d’huile d’olive et faire revenir les fèves quelques minutes et les assaisonnant de sel, poivre et basilic ciselé puis disposer sur les tranches de pain.

Servir sans attendre !

mardi 1 mai 2012

Fondant au chocolat express (mais néanmoins mortel !)


Si vous suivez un peu ce blog et que vous regardez les recettes que j’y publie, vous devez constater que j’ai un faible pour la cuisine simple, rapide mais archi délicieuse…

Et le dessert que je vous propose aujourd’hui en est un digne représentant…
Ce fondant a vraiment tout pour lui. Il est simple à réaliser, il se prépare en deux temps trois mouvements et à la dégustation, il est tout simplement mortel !


Un vrai fondant archi fondant et délicieux… Une pure merveille !

Je le réalise avec mon robot Magimix, c’est d’ailleurs une recette qui est jointe au livret du robot, donc, autant vous dire que je ne me fatigue pas !
Cela donne à la pâte une texture et une onctuosité sans pareil et qui se ressent pleinement, une fois le fondant cuit, lorsque l’on plonge la cuillère dans une part de cette merveille !


Si vous n’avez pas ce genre de robot, je vous conseille alors de préparer votre pâte au batteur à œuf, afin d’obtenir la même texture d’appareil, un peu aérienne.


Pour un fondant

150 g de chocolat noir pâtissier
125 g de beurre demi-sel
150 g de sucre en poudre
50 g de farine
4 œufs

Préchauffer le four à 200 °C.
Dans la cuve du robot avec la lame en métal (pour hacher et mixer), faire blanchir le sucre et les œufs.
Ajouter la farine et mélanger.

Faire fondre à feu doux dans une casserole le chocolat cassé en morceaux et le beurre.

Remettre le robot en marche et verser le chocolat fondu.

Verser dans un moule carré de 20 cm de côté en silicone (ou bien beurré et fariné).

Enfourner pour 10 à 12 minutes.

Laisser refroidir avant de démouler délicatement.

Couper en carrés et servir accompagné d’une boule de glace à la vanille et de quelques framboises par exemple.